Onze ans  (roman) - 2017

 

Ce premier roman, publié aux Éditions Christophe Lucquin, est disponible en librairie depuis janvier 2017 (2me tirage en juin 2017).

Pour suivre l'actualité du roman (critiques, rencontres...) : 11 ans (page facebook)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Janvier 2017 | 13 × 19 cm | 160 pages
ISBN : 978-2-36626-108-0

Onze ans nous plonge dans la conscience de Kévin, un enfant hypersensible à la lisière de l’adolescence qui est en quête de sens. Il fait face à la douleur d'exister et remet en cause la nécessité de vivre dans ces conditions. Mais Onze ans est aussi le récit de la transformation possible d’un enfant en jeune homme prêt à affronter la vie, malgré les blessures du passé.

 

Présentations publiques du roman : librairie Kléber ( Strasbourg), Salon du livre de Colmar, FNAC de Colmar, FNAC de Belfort, 31e Festival du premier roman (Chambéry), librairie Totem (Schiltigheim), médiathèque de Vendenheim, médiathèque de Messimy (69)...

 

La presse et les libraires en parlent :

 

 

Coup de cœur de la librairie Brouillon de Culture, Martin Knosp
« Face à l'absurdité de la vie en société, la solution réside t-elle dans le suicide ? Un texte sobre et tout en retenue sur ce que peut représenter le passage à l'âge adulte pour un enfant. »
 
Librairie Le Divan (Paris 15) , Valérie Caffier
« Juste et touchant. Un très beau texte sur l'enfance, la souffrance, la difficulté de vivre. »
Librairie Bookstore (Biarritz), Aurélia Barrera
« Il a onze ans. Il veut mourir. A première vue cela nous effraie, à portée de main il a ce cahier. Onze ans, cet âge entre l'enfance et l'adolescence. Pré adolescents... Prêt à tout ? Cet âge où l'on prend encore plus conscience du monde qui nous entoure. Il écrit. Et l'auteur de nous offrir un texte non sans rappeler la force d'une petite barbare et d'une maladroite des rentrées passées. Ne soyez pas effrayés. Ce petit texte ne l'est que par sa brièveté . Ne passez pas à côté de ce narrateur en herbe, que la détresse et la détermination rendent tendrement mature. Il suffit parfois de décrocher une plume pour rester accroché à la vie. »
 
Librairie Le Gang de la Clef à Molette (Marmande), Anne Cuilhé
« Ce petit livre est un très beau texte. Il m’a beaucoup touchée, j’ai vraiment aimé ce moment passé en compagnie de Kévin, un petit bonhomme que j’ai maintenant dans la tête, à qui je pense avec beaucoup de tendresse. La grande réussite de l’auteur, à mon avis, est d’avoir trouvé le ton juste pour raconter cette histoire. Il n’en fait jamais trop, sur un sujet difficile, il réussit à garder la distance nécessaire pour donner de la crédibilité à son texte. »
 
Librairie Au Vent des Mots (Lorient), Caroline Le Gal
« Pour son premier roman, Jean-Baptiste Aubert nous offre un livre poignant sur un sujet assez grave : le suicide chez les adolescents. Sans misérabilisme, nous suivons page après page la douleur de Kévin, qui à 11 ans, veut mourir. Ce livre doit être lu avec délicatesse et pudeur pour apprécier l’écriture si ciselée de l’auteur. Nous entrons par la petite porte en découvrant le journal de Kévin… et nous ne voulons pas croire qu’à 11 ans, un adolescent veuille mettre fin à ses jours… Après la dernière ligne de ce livre, nous souffrons en silence de ce mal-être… Un récit nécessaire sur la douleur de vivre, la douleur de grandir, la peur du lendemain et de nos destins. Le sens de la vie prend tout son sens en lisant 11 ans de Jean-Baptiste Aubert. »

Cultura (Chambray-les-Tours), David Goulois
« Lu en une soirée, plongé en apnée dans ce très beau récit âpre par moment, mais à la démarche salutaire, sur un sujet peu abordé dans les médias. Sans misérabilisme, la voix du narrateur, celle d'un enfant chahuté par la vie et mal dans sa peau, nous délivre un discours touchant. Un texte sobre et émouvant. »
 
Le blog de Yv, Yves Mabon
« L'écriture de Jean-Baptiste Aubert est fine, sensible, délicate, de celles qu'on aime à lire, qui disent beaucoup simplement, sans artifice. Elle va au plus profond des êtres et de leurs questionnements. (...) Très beau texte, qui malgré son thème pas gai ne sombre jamais dans le larmoyant et le noir (...) tout simplement beau et touchant. (...) Un roman fort que je vous conseille. Un coup de cœur pour moi, lu en quelques heures, sans le lâcher.
» L'article complet ici
 
"Coup de coeur" à la FNAC (Grenoble), Sandrine Dantard
« Je viens de finir 11 ans et waouh ! Ce livre m'a touchée dès les premiers mots de Kevin. Il prend aux tripes et ne nous lâche plus. Cette envie d'en finir, oui, mais finalement il a toujours quelque chose à écrire dans son cahier. Il est tellement touchant et attachant. C'est un très beau livre, dur car il traite de sujets lourds, mais empli de tellement de grâce et d'espoir. Un grand bravo à l'auteur. »
"Kévin est bouleversant de sincérité.Ce livre parle d'un sujet difficile mais avec beaucoup de grâce et d'espoir. On a envie de pleurer et de sourire. A lire absolument."
 
Culture-Chronique.com, Appoline Segran
« 11 ans est une belle réussite littéraire écrite dans l’écume même de l’enfance. On reste longtemps suspendu à la dernière ligne de cette œuvre déstabilisante dans sa simplicité, émujus qu’aux larmes… » L'article complet ici
 
Stalker, Gregory Mion
« Le premier roman de Jean-Baptiste Aubert, 11 ans, est peut-être moins un livre sur la possibilité du suicide à un âge précoce que la présentation épurée de toute enfance qui s’apprête à chavirer avec dépit et suspicion dans les eaux plus troublées de l’adolescence. On pourrait aussi considérer qu’il s’agit d’un livre qui raconte un ajournement plus fondamental encore, à savoir la volonté de repousser le moment où il faudra bien appartenir à la communauté des individus responsables, le moment où il faudra participer, quoi qu’on en ait, à la «bizarrerie» du monde (cf. p. 9). L’histoire de cette méfiance somme toute rassurante envers le monde fossile et discipliné des grands nous est rapportée par le petit Kévin, onze ans d’âge, sous la forme d’extraits fulgurants écrits dans plusieurs cahiers où le garçon a couché les états tourmentés de son âme. » L'article complet ici
David Goulois, libraire, émission TV "Tout sur un plateau" (à partir de 9'50), TV Tours

 

 

 

Impressions Strasbourg - recueil collectif - 2017

 

 

 

 

 

Ce recueil rassemble une trentaine de textes composés par dix auteurs : Claudia Boisserie, Sarah Jamali, Géraldine Labaki, Lanse Nazur, Paul Barbieri, Stéphane Gounel, Eric Kaija Guerrier, Gauthier Surin, Lucas Weïss et Jean-Baptiste Aubert. Chaque texte invite le lecteur à une promenade strasbourgeoise originale et poétique où s'entremêlent les lieux, les souvenirs et les événements. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir les multiples facettes de la ville !

 

Pour commander le livre :

http://www.scribest.fr/article-141-impressions-strasbourg

 

 

 

 

 Pandémonium, suivi de Gisant (poésie) - 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié en juin 2014 chez Bibliocratie

84 pages ; 115 x 180 mm

ISBN : 978-2-36673-038-8

Pandémonium est un recueil de poèmes libres qui explorent les thèmes intemporels de la vie, de l’amour, de la nature et de la mort. Le sens scintille musicalement, oscillant entre abstraction et figuration, entre lumière et noirceur.

Gisant se présente comme un écho lointain de Pandémonium. Ce récit poétique en prose nous entraîne dans une atmosphère haletante et énigmatique où s’entremêlent d’obscures voix narratives.

 

Pour commander le livre, vous pouvez contacter l'auteur.